Les catécholamines

Les fonctions automatiques de notre organisme sont gérées par 2 systèmes :

Le sympathique et le parasympathique :

Les catécholamines sont libérées dans le sang en réponse à une agression (danger) ou à un stress, à une émotion. La partie dite sympathique du système nerveux autonome (appelé également végétatif) ordonne la libération d’adrénaline, qui va entraîner :

La stimulation de l’appareil cardiovasculaire :

-  Accélération du cœur, augmentation de la force et de l’amplitude des battements cardiaques.

-  Une hypertension artérielle.

-  La contraction des vaisseaux et la dilatation des artères coronaires (artères irriguant le myocarde : muscle cardiaque).

-  Une augmentation de la glycémie (taux de sucre dans le sang).

- Une augmentation de la mydriase (augmentation de calibre de la pupille).

-  Une vasoconstriction (diminution de calibre des vaisseaux).

-  La dilatation les bronches.

La mise à disposition des réserves des cellules contenant du sucre vers le sang.

2 à 10 % du stock de catécholamines sont contenus dans les glandes surrénales et sont renouvelés chaque jour.

L’action de l’adrénaline sur l’organisme, se fait par l’intermédiaire de récepteurs disposés à la surface de ces cellules.

Capture d’écran 2016-11-03 à 16.41.00

2 types de récepteurs à l’adrénaline :

 

- alpha-adrénergiques

  • Les récepteurs alpha1 prédominent au niveau vasculaire. Leur stimulation entraîne une vasoconstriction
  • Les récepteurs alpha 1 prédominent au niveau bronchique. Leur stimulation entraîne une bronchoconstriction.
  • Les récepteurs alpha2 prédominent au niveau pré-synaptique
    • Inhibition de la lipolyse
    • Entraîne la diminution de sécrétion d’insuline
    • Augmente le rassemblement des plaquettes (agrégation plaquettaire).

 

-  bêta-adrénergiques.

  • Les récepteurs bêta1 prédominent dans les tissus cardiaques et le rein.
  • Les récepteurs bêta2 prédominent dans les cellules musculaires lisses des vaisseaux, des bronches
  • Les récepteurs bêta2 contrôlent la glycogénolyse hépatique et musculaire et la sécrétion de glucagon.

 

L’ADRENALINE : 1mg IVD /3 à 5 min en Urgence

Hormone produite par les glandes surrénales (plus précisément leur partie centrale « Médulo- surrénale ») se trouvant au-dessus de chaque rein

Elle a un rôle de premier plan dans le fonctionnement du système nerveux dit sympathique (système nerveux ayant une action essentiellement excitatrice). Cette hormone joue également le rôle de neurotransmetteur en permettant le passage de l’influx nerveux entre 2 neurones.

Au niveau thérapeutique, l’adrénaline est utilisée en cas de :

-  Arrêt cardiaque

-  Choc anaphylactique (allergie sévère, à traiter en urgence).

Précautions d’emploi

L’adrénaline doit être conservée à l’abri de la lumière et à température ambiante. Une coloration rosée apparaît quand elle est oxydée (en présence d’air).

Effets secondaires

-  Accélération importante du rythme cardiaque

-  Risque d’entraîner une angine de poitrine

-  Elévation importante la tension artérielle

-  Trouble du rythme cardiaque

-  Survenue d’œdème (présence d’eau) dans les poumons

-  Dérèglement thyroïdien à type d’hyperthyroïdie (exagération de la sécrétion d’hormones thyroïdiennes)

ü  Diabète

ü  Insuffisance coronarienne (mauvaise circulation dans les artères coronaires).

L’adrénaline à faible dose : se fixe de préférence sur les récepteurs bêta

Bêta 1 :

-  effet inotrope et chronotrope positif (augmentation de la force et de la fréquence des contractions cardiaques) + dromotrope et bathmotrope (variation de la fréquence cardiaque + accélère /- ralenti, et excitabilité)  ce qui globalement augmente le DC.

Bêta 2 :

-  effet hyperglycémiant

-  effet vasoconstricteur

-  relâchement de la vessie, de l’utérus, du foie et des muscles

-  lipolyse

-  effet bronchodilatateur

 

LA NORADRENALINE :

Cette substance, appelée également lévartérénol ou norépinéphrine, est un neuromédiateur c’est-à-dire une variété d’hormone servant de messager, permettant le passage de l’influx nerveux d’une cellule nerveuse vers une autre cellule nerveuse ou vers d’autres cellules de l’organisme.

La noradrénaline est localisée particulièrement dans l’hypothalamus (contrairement à l’adrénaline que l’on retrouve dans la médullosurrénale, qui est la partie centrale des glandes situées au-dessus de chaque rein).

Elle est également synthétisée : dans le système nerveux sympathique ou orthosympathique situé (entre autres) de chaque côté de la colonne vertébrale. Le système sympathique correspond à la mise en état d’alerte de l’organisme et à la préparation à l’activité physique et intellectuelle.

Son action s’exerce en se fixant sur 2 types de récepteurs :

Alpha et bêta adrénergiques, et s’effectue entre autres en : Facilitant la transmission de l’influx nerveux, entrainant respectivement une vasoconstriction artérielle et une augmentation de la PA.

Sa concentration dans le sang est de 5 microgrammes par litre, et son élimination urinaire est normalement inférieure à 100 microgrammes par 24 h.

 

Utilisation thérapeutique :

La noradrénaline est utilisée dans le traitement des collapsus dus une brusque défaillance du cœur, s’accompagnant de : Chute de tension artérielle

-  Cyanose (insuffisance d’arrivée d’oxygène dans les tissus de l’organisme entrainant une coloration bleue)

-  Tachycardie (accélération du rythme cardiaque)

 

Différence entre adré et noradré

L’adrénaline

Se fixe d’abord sur les récepteurs bêta, puis sur les récepteurs alpha, sauf au niveau cardiaque car les récepteur alpha s’y trouvent plus nombreux que les récepteurs bêta

-  vasoconstriction

-  augmentation de la TA

- augmentation de la glycolyse -> hyperglycémiant

Capture d’écran 2016-11-03 à 16.44.25

La noradrénaline

Se fixe principalement sur les récepteurs alpha (mais aussi sur les Bêta1)

-  vasoconstriction (périphérique +++)

-  augmentation de la TA

Capture d’écran 2016-11-03 à 16.46.00

 

DOBUTAMINE :

La Dobutamine est un catécholamine de synthèse administré en perfusion continue utilisé pour ses propriétés inotrope positive c’est-à-dire qu’elle augmente la contraction cardiaque et améliore donc le débit cardiaque, de plus ce mdt augmente la relaxation du VG (effet lusitrope) , utilisé notamment en cas d’insuffisance cardiaque grave qu’elle soit systolique ou diastolique.

Il s’agit d’un sympatho-mimétique stimulant les récepteurs β1-adrénergiques. Avec des effets β2, modéré, c’est-à-dire, qu’elle influx peu sur la FC, et la TA comparé à l’isuprel, à étage vasculaire ou retrouvera une diminution de la pré et de la post charge par vasodilatation ; de plus, ce mdt à des effets bronchodilatateur.

NB : la Dobutamine ne doit pas être mélange à une solution alcaline (bi-carbonate) qui inactive son principe actif.

La dobutamine s’utilise en thérapeutique pour :

-  les syndromes de bas débit (inotrope)

-  les états de choc cardiogénique

-  Les insuffisances diastoliques (amélioration de la relaxation du VG)

-  décompensation cardiaque gauche aigue quand l’hypotension artérielle est marquée (PAM<65mmhg) il faut adjoindre de la noradrénaline.

-  Elle peut être utilisée également dans certains tests diagnostiques, comme lors d’une échographie de stress.

-  Embolie pulmonaire grave (cœur pulmonaire aigue)

ISUPREL

L’Isuprel est un Inotrope puissant , environ 10 fois plus que la Dobutamine, et 30 fois plus que l’adrenaline. Il présente un effet Dromotrope marqué, ce qui signifie qu’il améliore grandement la conduction intra-cardiaque. Et , est donc tres indiqué dans toute pathologies à type de Bloc mal toléré, type BAV 3, BSA syncopal, Post arret cardiaque pour stimuler le myocarde et diminuer les risques de récidives.

L’isuprel se fixe sur les recepteur B1 et B2, on retrouvera donc les meme effet que l’adrénaline, mais beaucoup plus puissant.

DOPAMINE :

La dopamine est la substance jouant dans le cerveau un rôle sur le contrôle des mouvements. Elle inhibe l’action de la prolactine. Contrairement aux autres catécholamines, la dopamine possède des capacités vasodilatatrices (augmentation du calibre des vaisseaux) au niveau des reins, de l’intestin et des coronaires. La fabrication de la dopamine est assurée par une variété de neurones appelés dopaminergiques, que l’on retrouve dans :

L’hypothalamus (zone centrale du cerveau jouant un rôle de régularisateur des fonctions de l’organisme (faim, chaud-froid, activité sexuelle etc.).

Le locus niger (zone du pédoncule cérébral située dans le mésencephale ou cerveau moyen), situé entre le cerveau et la moelle épinière. Cette zone intervient dans la régulation des mouvements automatiques.

Capture d’écran 2016-11-03 à 16.47.32

Effets secondaires :

-  Nausées.

- Vomissements.

-  Crises d’angor (angine de poitrine due à la fermeture des artères coronaires irriguant le muscle cardiaque-myocarde-).

-  Troubles du rythme cardiaque.

AU TOTAL

Capture d’écran 2016-11-03 à 16.48.05

 

 

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

2 Réponses à “Les catécholamines”

  1. Stéphanie
    19 février 2020 à 11 h 07 min #

    Je suis ESI en 3eme année.
    Je viens de découvrir ton site. Il est top !
    Je suis actuellement en stage en SSPI et ça m’aide beaucoup :)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous poster un commentaire.

Sesoigner |
Lesmainsdanslhumus |
Sport et SEP |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mascoliosetmoi
| Malipo
| Lasik2016