LE REMPLISSAGE VASCULAIRE

La volémie, masse sanguine totale est un des facteurs essentiels de l’équilibre hémodynamique de l’organisme dont dépend, la fourniture aux tissus d’une quantité d’oxygène suffisante.

L’Hypovolémie absolue peut se définir comme la diminution de la masse sanguine. Elle peut résulter d’une hémorragie, de la diminution de la masse plasmatique par déficit hydro-sodique ou par extravasation d’eau et de sodium vers les tissus interstitiels

L’hypovolémie relative désigne des situations où on a une diminution du retour veineux sanguin au cœur. L’hypovolémie relative intervient dans la physiopathologie du choc septique, du choc anaphylactique, de l’anesthésie générale.

Capture d’écran 2017-01-22 à 11.23.30

LES SIGNES CLINIQUES

Les modifications de la fréquence cardiaque (généralement tachycardie mais parfois bradycardie paradoxale), de la recoloration capillaire, de la fréquence respiratoire, de l’état neurologique, de la diurèse et de la pression artérielle sont généralement retenues comme utiles au diagnostic d’hypovolémie.

Lors de l’anesthésie générale, la diminution de la PAM et proportionnelle à l’importance de l’hypovolémie. La fréquence cardiaque est un mauvais marqueur de l’hypovolémie.

 

LES CONCENTRATIONS

-       Hypotonique : moins de molécules que dans le plasma

-       Isotonique : pas de différence avec le plasma

-       Hypertonique : plus de molécule que dans le plasma

 

LES CRISTALLOIDES :

Les cristalloïdes isotoniques sont aussi efficaces que les autres solutions mais demande des volumes 2 à 4 fois plus important que les colloïdes. Ils présentent plusieurs avantages : Rapidité d’action, durabilité, efficacité, pas de réaction anaphylactique.

  • Sérum physiologique

INDICATION : hypovolémie, perte électrolytique, brulure, déshydratation extracellulaire, trauma crânien, hyponatrémie.

CONTRE INDICATION : Insuffisance cardiaque, rétention hydro sodée, hyponatrémie de dilution

  • Ringer Lactates (acidose métabolique, effet tampon du lactate)

INDICATION : Hypovolémie, déshydratation extracellulaire, vomissement, diahrée, acidose métabolique

CONTRE INDICATION : Insuffisance cardiaque, OAP, Hypo-protidémie, hyperkaliémie, hypercalcémie, hyponatrémie, syndrome œdémateux

  • G2,5 % / G5 % / G10 %

INDICATION : Hydratation lorsque la perte d’eau est supérieure a la perte de sel, Apport calorique, cétose, insuffisance cardiaque, Hypoglycémie, diurèse osmotique

CONTRE INDICATION : Surcharge hydrique, coma, ACR, Hyperglycémie

  • Mannitol

INDICATION : HTA intracrânienne, œdème cérébrale, diurèse osmotique

CONTRE INDICATION : déshydratation intracellulaire, OAP

 

LES COLLOIDES :

Sont des solutions hypertoniques par rapport au plasma. Ont l’avantage de nécessiter moins de volume et d’être efficace plus rapidement que les cristalloïdes.

  • Voluven & Albumine

INDICATION: remplissage vasculaire en cas de défaillance circulatoire et hémodilution normovolémique, choc vasoplégique d’origine traumatique, brulure

CONTRE INDICATION : réaction anaphylactique, altération de la fonction rénale, trouble de l’hémostase

En termes d’efficacité
- Les cristalloïdes isotoniques sont aussi efficaces que les autres solutions mais nécessitent des volumes 2 à 4 fois plus importants que les colloïdes.
- Les cristalloïdes hypotoniques sont, à volume égal, moins efficaces que les cristalloïdes isotoniques et exposent au risque d’hyponatrémie.
- Les colloïdes, qui ont l’avantage de nécessiter moins de volume, sont efficaces plus rapidement que les cristalloïdes et ont un fort pouvoir d’expansion volémique et une efficacité prolongée.

Cas particulier du traumatisés crâniens

Chez les traumatisés crâniens ayant des signes neurologiques, en raison de la perte de l’autorégulation vasculaire cérébrale le flux sanguin cérébral dépend étroitement de la pression de perfusion. Il importe donc de corriger, sans délai, l’hypotension liée à une hypovolémie et de rechercher le maintien d’une PAM entre 80 et 100 mm Hg.

Le choix du produit à utiliser dépend de son effet sur l’œdème cérébral, dont il faut éviter l’aggravation. Les cristalloïdes isotoniques et les colloïdes en solution isotonique n’ont pas d’effet sur l’œdème cérébral. Par contre les cristalloïdes hypotoniques et le Ringer lactate sont évités car elles majorent l’œdème cérébral.

HEMORAGIE

Lors du choc hémorragique, l’apport d’oxygène aux tissus est abaissé par deux mécanismes : la baisse du retour veineux comme pour les autres hypovolémies et la baisse de l’hémoglobine qui est le principal transporteur d’oxygène.

Aucune étude ne permet de choisir entre cristalloïdes et colloïdes dans le traitement du choc hémorragique. Cependant il est recommandé d’utiliser les cristalloïdes lorsque la perte sanguine est estimée à moins de 20%  de la masse sanguine. Puis un colloïde si la perte est supérieure à 30%.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

2 Réponses à “LE REMPLISSAGE VASCULAIRE”

  1. Raf93
    16 mars 2019 à 11 h 35 min #

    Bonjour, un point m’interpelle !

    Je lis dans ce chapitre que le sérum phy Iso est contre indiqué dans les cas d’hyponatremies par dilution.
    Or, dans les cas de décompensation diabète par acido cetose, qui présentent justement des hyponatremies de dilution, les 6-7 premières heures sont consacrées à la rehydratation par sérum phy 0,9 ivl justement !
    Pourriez vous m’ éclaircir ? (Ide Urgence)

    • infirmierderea
      12 mai 2019 à 22 h 30 min #

      bonsoir,

      je ne sais pas par quel bout prendre votre question, j’ai peur de ne pas pouvoir vous éclairer ici, tant la question sur le sujet est vaste, la natrémie pourrait à elle seule, être le sujet d’un article de plusieurs pages.

      je vais essayer d’être le plus bref possible….(mes excuses d’avance car se sera forcement un peu long) pour que cela reste clair, car bcp de concept se mélange dans votre questionnement.

      Posez vous la question, comment expliquez vous le mécanisme physiologique qui pourrait justifier une « VRAIE » hyponatrémie « de dilution » dans l’acidocetose?
      personnellement j’en suis incapable ! (j’ai peu etre oublié certains concept cela dit, je commence à rouiller un peu depuis le tps que j’ai quitter la réa ^^)

      l’acidocetose est un mauvais exemple, (la cirrhose aurait été un meilleur exemple) car il n’y à pas d’hyponatrémie de « dilution » à proprement parler ds cette pathologie.

      Mais une simple désydratation intra cellulaire, de part l’accumulation des molécules de glucose ds le secteur extra-cellulaire, qui elle meme provoque un déplacement d’eau responsable certe d’une hypo-natrémie mais qui est tres rapidement éliminé par la diurése osmotique, qui entraine elle meme une déshydratation extra-cellulaire (hypo-volémie)

      les recharges en serum phy dans l’acidocetose, sont faite pour simplement compenser cette derniere au meme titre que l’hypokaliémie. Le traitement de l’acidocetose est la perfusion de sérum glucosé avec de l’insuline, pour éliminer la cétose!

      Enfin pour en revenir a l’hyponatrémie « de dilution », elle est par définition due à une hyper-hydratation extra cellulaire, à type de rétention hydro-sodée.
      Donneriez vous du serum phy à un patient, en insuffisance cardiaque globale? en cirrhose décompensée? ou en insuffisance rénale ou hépatique?

      Ainsi rajouté du sérum phy, ne ferait accentué la dite dilution…et augmenter les risques de décompensation prématuré de votre patient.
      En résumé, donner du sérum phy a un patient avec une hypoNa de dilution, c’est lui tendre une arme chargée !!! c’est de diurétique dont il a besoin…

      en espérant avoir été assez clair et accessible

      bonne continuation

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous poster un commentaire.

Sesoigner |
Lesmainsdanslhumus |
Sport et SEP |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mascoliosetmoi
| Malipo
| Lasik2016