ARTERE SANGLANTE – Courbe & analyse

 

Le KT artériel fait parti des équipements de base en réanimation, presque tous les patients (sauf exception) en sont équipés dès leur entrée. Elle nous permet d’avoir de précieuses informations, chez le patients sédaté (cf. cours delta PP) mais pas seulement…Si ?

Apres tout , la pression artérielle…y’à pas grand chose à savoir, hein? Soit elle est normale, trop haute ou trop basse et basta ?!?
Sachez que la pression artérielle sanglante est généralement complétement sous exploitée par le personnel soignant, et que, au delà des chiffres, celle-ci peu nous apporter, de nombreuses informations grâce à la « forme » de la courbe représentative des différentes « pressions ».

PHYSIO-PATHOLOGIE

La pression artérielle résulte de l’interaction du débit cardiaque avec la résistance des vaisseaux. C’est cette pression artérielle qui va permettre de pousser/distribuer le sang vers les organes, par l’intermédiaire de 2 systèmes :

 

Haute pression, contenant 2 sous systèmes

o Les grosses artères, qui est un système dit « élastique » ont la fonction principale est absorbé l’énergie de la systole.

o Les artérioles, qui est un système dit « résistif » dont le rôle est de distribuer le débit sanguin vers les tissus, grâce à sa vasomotricité locale.

 

Basse pression (les veines)

Qui attrait à tous ce qui concerne le retour du sang au cœur droit.

Si on compare un vaisseau à une paille, il faut que la pression d’entrée dans cette paille soit supérieure à la pression de sortie pour que le liquide s’écoule. C’est pour ça que le sang va d’un système à haute pression (les artères) vers un système basse pression (les veines).

La courbe d’artère, n’est exploitable que lorsqu’on est en mesure d’analyser « l’onde de pouls » (ci-dessous)

Capture d’écran 2020-04-12 à 10.25.39

Celle-ci peu se découper en 5 parties :

1. Montée de pression systolique
2. Pic de pression
3. Décroissance systolique
4. Onde de dicrote (fermeture des valves aortiques) 5. Décroissance diastolique

6. Pression télé-diastolique

LES 4 COURBES QUI NOUS INTERESSENT EN PRATIQUE

Qu’est ce que la pression artérielle moyenne ? (PAM)

Physiologiquement, vu qu’on a un débit sanguin pulsatile, on a une variation de la pression artérielle au moment de la systole et de la diastole. Si on enlève la pulsatilité, il reste : la PAM, on pourrait donc dire qu’elle est un bon reflet de la volémie du patient.

La PAM c’est donc la pression artérielle qui règnerait dans le système artériel si le débit sanguin n’était pas pulsatile. Elle est déterminée par le débit cardiaque et les RVS, et conditionne la pression de perfusion des organes. (Sauf des coronaires)

La PAM moyenne se situe autour de 70 mmHg, et sachez que par de multiples mécanismes de compensation, l’organisme fera toujours son maximum pour la maintenir la PAM., de sorte à perfuser au mieux les organes périphériques.

NB : L’erreur « classique », votre patient est hypertendu, et tachycarde, vous mettez ca sur le compte d’un antécédent d’HTA connu….vous demandez un peu trop rapidement au médecin l’aval pour poser du loxen, sans vous posez plus de questions….peut être, êtes vous en fait, en train, d’inhiber son mécanisme de compensation à une hypovolémie…..Conséquence, le patient va subir une inadéquation débit/métabolisme, ce qui va entrainer une hyperlactatémie et donc une acidose métabolique quelques heures plus tard. Alors qu’il suffisait de le remplir pour normaliser sa pression artérielle.

Moralité HTA ne veut pas forcement dire, qu’il n’y à pas d’hypovolémie, et les HTA « non isolée » masque souvent un autre problème.

Qu’est ce que La pression artérielle systolique ? (PAS)

La PAS est donc un reflet du VES, de l’inotropisme, la compliance artérielle.
En d’autre terme, si votre patient à un cœur qui « pompe bien » la PAS sera bonne, et plus votre patient aura des artères rigides plus la PAS sera élevé.

En pratique sur la courbe, cela vous permet de différencier, les PAS haute par augmentation d’inotropisme, de celle, haute par augmentation des RVS.

En effet, plus « la montée » sera raide, plus le sang est éjecté avec vitesse et donc plus « l’inotropisme » est important. À contrario une tension haute avec une courbe qui « monte » lentement doit vous faire suspecter une augmentation des RVS.

Qu’est ce que la pression artérielle diastolique ? (PAD)

La PAD est un des déterminants de la pression de perfusion des coronaires. Cette PAD dépend de :

- la fréquence cardiaque.
Plus on raccourcit le temps de diastole (tachycardie), moins il y aura de temps pour que la pression artérielle baisse en fin de systole et donc plus la PAD sera élevée. Inversement, plus la fréquence cardiaque est lente, plus temps de diastole est long et donc plus la pression artérielle aura le temps de baisser.

Concernant la forme de la courbe, la baisse de la pression artérielle diastolique suit une pente, qui dépend à la fois des RVS et de la compliance artérielle.
Ainsi plus les RVS sont basses, comme lors de la vasoplégie, plus la pente de cette courbe va être très abrupte (souvent retrouvé lors des tachycardies).

NB : Méfiez vous des PAS basse chez le patient coronarien, risque de SCA+++

Qu’est ce que la Pression Pulsée ? (PP)

La PP est la différence entre la PAS et la PAD. Elle est « grossièrement » le reflet du volume d’éjection systolique (VES).
Sa variabilité dépend des interactions cœur/poumon, et, est essentiellement exploité en ventilation mécanique, afin de permettre de déceler les hypovolémies (cf. cours delta PP).

Qu’est ce que l’onde dicrote ?

Comme on a vu plus haut, les grosses artères sont dites « élastiques » car elles se déforment sous la pression générée par le volume d’éjection systolique. Ainsi à chaque systole, lorsque le sang vient taper sur l’aorte, il se crée une onde de pouls. Cette onde de pouls va se propager le long de l’aorte.

Cette onde de pouls va rencontrer des obstacles (les RVS), et va être réfléchie et repartir en sens inverse. En d’autre terme, l’onde de dicrote est un « écho », qui reflète la compliance des grosse artères.
De plus celle-ci permet d’optimiser la pression de perfusion coronaire pendant la diastole.

Concernant la forme de la courbe, les situations pathologiques (diminution de compliance) se manifesterons par un retour « d’écho » trop tôt, généralement pdt la systole, majorant la post charge cardiaque et donc augmentant le travail myocardique.

ENFIN, MEFIEZ VOUS DES COURBES AMORTIES, CA TOMBE SOUS LE SENS MAIS AVANT TOUTE INTERPRETATION TROP PRECOSE, ASSUREZ VOUS QUE VOTRE KT N’EST PAS POSTIONNEL ;)

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous poster un commentaire.

Sesoigner |
Lesmainsdanslhumus |
Sport et SEP |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mascoliosetmoi
| Malipo
| Lasik2016